Une page se tourne

Publié le par Alexandre Dubié

149724 10150781675696761 687636760 9839906 1460555088 n

 

Le peuple français a fait son choix hier: ce sera François Hollande qui présidera la destinée de notre pays pour les cinq prochaines années. Nicolas Sarkozy ne sera pas reconduit, une nouvelle ère s'ouvre pour notre pays. C'est pour moi, ainsi que pour tous les jeunes avec qui j'ai eu la chance de travailler, la fin d'une aventure. Je suis certes déçu du résultat mais je le respecte et cela n'enlève pas ma fierté d'être français. Bravo au vainqueur.

Je dis merci à Nicolas Sarkozy, il sera parti en restant digne, en assumant ses responsabilités comme tout au long de son trop court quinquennat, il mérite notre respect. Jusqu'au bout, j'y ai cru. J'y ai cru malgré l'acharnement médiatique et malgré la traitrise de François Bayrou. Nicolas Sarkozy arrête la politique et je dirais "merci de m'avoir donné envie de me battre pour mes idées".

 

C'était ma première campagne, j'en garderai un souvenir inoubliable. Ce fut une période certes intense et le repos se fait désirer mais ce sont de si beaux moments: ma première réunion publique avec un personnage de premier plan qu'est Jean-François Copé, ressentir quelque chose d'unique en faisant partie de ces 80000 personnes chantant La Marseillaise a capella à Villepinte, avoir des responsabilités pour accueillir François Fillon à Clermont-Ferrand, chauffer la salle à Clermont-Ferrand pour Jean-François Copé et au Puy-en-Velay pour Alain Juppé, avant de terminer en apothéose en pouvant échanger quelques mots une coupe de champagne à la main avec Nicolas Sarkozy à Clermont-Ferrand. 

J'ai vraiment compris ce que s'engager pour son pays durant ces deux derniers mois voulait dire, je ressors grandi et différent. C'était ma première campagne, ce n'était assurément pas la dernière.

 

Je souhaite maintenant adresser un message à mes amis, militants et sympathisants, de ma famille politique de respect à l'égard de notre adversaire. Je souhaite réagir à tout ce qui a été dit, avec toutes ces polémiques de caniveau (l'histoire du Falcon notamment) qui ont été sorties immédiatement après 20h, bien que l'on puisse difficilement accepter tous ces drapeaux étrangers Place de la Bastille. Nous avons certes été attaqués quasiment constamment durant ces cinq dernières années, nous valons mieux qu'eux. François Hollande a été élu par la voix du peuple et, bien que n'ayant pas ses idées, c'est désormais le Président de la République Française, le pays auquel j'appartiens.

Nous avons de nombreuses batailles électorales à l'avenir et c'est nos idées que nous ferons triompher. Aujourd'hui, j'émets le souhait le plus sincère que le candidat de la Droite en 2017 sera élu pour ses idées et non pas pour virer François Hollande. Nous avons des valeurs, nous en sommes fiers, à nous de faire triompher nos idées et non des polémiques à deux francs, qui au demeurant servent plus à nous décridibiliser qu'autre chose.

 

Désormais, je poursuis mon engagement comme avant, objectif législatives pour l'instant où plus que jamais, nous devons être rassemblés. Je porte l'espoir que nous ferons gagner nos idées; je terminerai en citant Churchill :

 

"We will never surrender!"

Publié dans Campagnes 2012

Commenter cet article